• L'équipe du MAJ

Les terrains vagues sont-ils imaginaires? spécial famille (thème 20)

Thème du mois : Terrain vague

Chaque mois, le département de l’éducation propose aux enfants de 7 à 12 ans de réunir leur famille pour explorer le contenu d’un article, créer et s’amuser!


Ce mois-ci, réfléchissons à un lieu imaginaire pour laisser place à notre créativité.


Réfléchissons ensemble aux sujets suivants :

Alors que tu te promenais en ville, as-tu déjà remarqué un terrain abandonné situé entre deux bâtiments? À première vue, il semble ne rien y avoir de spécial sur cette parcelle de terre. Toutefois, lorsqu’on regarde de plus près, on peut observer des plantes, des fleurs sauvages, des insectes, de petits animaux, des déchets et parfois même des vestiges d’anciens bâtiments. Il s'agit d'un terrain vague.

  • Qu’est-ce qu’un terrain vague?

  • Quels sont les indices nous permettant de connaître l’histoire du lieu?

  • Que peut-on faire sur un terrain vague?

  • Selon toi, est-ce que les limites de ce terrain sont physiques (c’est-à-dire qu’on peut les voir à l’œil nu) ou imaginaires?


Regardons l’œuvre suivante :


Isabelle Hayeur, Monument anonyme II de la série Dérives, 1999



Observons les détails suivants :


  • Quels sont les éléments que l’on retrouve dans cette œuvre? Qu’est-ce que tu remarques à l’avant-plan, au centre et à l’arrière-plan?

  • Est-ce qu’il y a des éléments qui te semblent vivants et d’autres qui te semblent morts? Pourquoi?

  • Quelles sont les couleurs dominantes dans cette œuvre?

  • Selon toi, est-ce que c’est un lieu imaginaire ou ce lieu existe-t-il vraiment?

  • Dis-moi où l’on pourrait retrouver un terrain vague similaire?

  • Est-ce que c’est un paysage transformé par l’humain ou un habitat sauvage? Quels sont les indices qui te permettent de donner une réponse

Raconte l'histoire :

  • Si tu te retrouvais plongé.e dans cette œuvre, est-ce que tu aurais chaud ou froid?

  • Et qu’est-ce que tu pourrais sentir et entendre, si tu t’y trouvais?

  • Qu’est-ce que tu trouves beau dans cette œuvre et qu’est-ce que tu trouves laid?

  • Qu’est-ce que cette image te fait ressentir?

  • Raconte-moi ce qui s’est passé sur ce terrain vague pour arriver à l’état des lieux que tu peux observer?


Apprenons sur l'artiste :

  • Isabelle Hayeur est une artiste contemporaine née en 1969, à Montréal.

  • C’est une artiste qui utilise à la fois la photo et la vidéo.

  • À travers ses œuvres, elle fait connaître son point de vue sur les crises environnementale, urbanistique et sociale. Elle cherche également à faire réfléchir et à sensibiliser la population sur ces thématiques.

  • Elle fait donc de l’art engagé.

  • Pour ce faire, elle s’intéresse à l’abandon et au désenchantement en créant des lieux imaginaires qui témoignent de l’impact de l’humain sur l’environnement.

  • Monument anonyme II de la série Dérives est un lieu complètement créé par Isabelle Hayeur. À l’aide d’un ordinateur, elle a assemblé différents éléments provenant de plusieurs photographies.

  • En allant chercher des éléments réels qui sont à l’abandon, comme le roc d’une ancienne carrière à Laval, Isabelle Hayeur propose aux observateurs de se questionner sur le manque d’harmonie entre les humains et la nature.

Urbanistique : L’urbanisme, c’est l’organisation des villes. La crise urbanistique résulte, entre autres, du fait qu’il y a d’immenses banlieues qui s’étendent sans fin et des centres-villes désertés.

Carrière : Terrain d'où l'on extrait des roches propres à la construction.


Faisons des liens :

  • Par cette œuvre, l’artiste : - a créé une série en utilisant la technique du photomontage; - a réalisé un espace imaginaire en s’inspirant de lieux abandonnés véritables; - propose des photomontages intemporels, c’est-à-dire qu’on ne reconnaît pas l’époque qui est représentée.

  • Cela nous amène à réfléchir : - aux moyens utilisés par l’artiste (couleurs, mouvement, etc.) pour démontrer l’ampleur et la gravité de ses messages; - au désastre environnemental que l’humain cause lorsqu’il exploite de manière non durable un lieu; - à l’importance de l’urbanisme (l’organisation des villes) pour mieux cohabiter avec la nature; - à l’extinction de la vie sauvage.

  • Cela stimule notre imagination afin de : - trouver des manières de mieux respecter les écosystèmes; - trouver des moyens pour mieux cohabiter avec la nature; - penser à l’état de la Terre lorsque la génération précédente nous l’a confiée et à quoi elle ressemblera, dans 80 ans, lorsque nous la léguerons à notre tour aux autres générations

Non durable : Une exploitation non durable ne résistera pas à l’usure du temps et polluera beaucoup, puisque sa conception n’a pas été pensée en terme d’impacts à long terme sur l’environnement et la société.


Amusons-nous :

Un terrain vague peut être vrai ou imaginaire! Et toi, à quoi ressemble ton terrain vague? Porte-t-il un message engagé comme celui d’Isabelle Hayeur? Est-il plein de vie? Ou encore, est-il microscopique ou macroscopique?

Macroscopique : Il s’agit de l’inverse de microscopique, c’est tout ce qui est assez grand pour être vu à l’œil nu.


1) Compose un terrain vague

  • Tu peux utiliser des images provenant de revues, d’Internet et même de photographies. Tu auras besoin d’une paire de ciseaux, d’un bâton de colle et d’un carton.

  • Tu peux aussi utiliser des médiums comme de la peinture ou des crayons.


Avant de te lancer dans ta création, réfléchis aux éléments suivants :

- Est-ce que ton terrain vague est fantastique ou réaliste?

- Est-il figuratif ou abstrait?

- Quelle température ressent-on dans ce lieu? Dans quelle saison souhaites-tu représenter ton terrain vague?

- Quel est ton point de vue? Est-ce que tu admires ton terrain vague du ciel ou du sol?

- Es-tu un insecte, un géant ou un humain? Vois-tu les objets qui sont sur ton terrain ? Sont-ils immenses ou minuscules ?

- Est-ce qu’il y a une trace d’intervention humaine dans ton lieu (des bâtiments, des constructions, etc.)?

- Quelle histoire va raconter ton lieu?


2) Ferme les yeux et prends trois grandes inspirations.

3) Ne pense à rien d'autre qu'à une étendue blanche.

4) Doucement, commence à habiter ce lieu blanc en traçant dans ta tête une ligne d’horizon. Puis ajoute les éléments que tu souhaites retrouver dans ton terrain vague.

5) Lorsque tu as imaginé ton territoire secret, cherche des images, découpe-les et assemble-les. Tu peux ajouter des détails avec des crayons ou de la peinture!


Ligne d’horizon : C’est la limite de notre vision. C’est là où le ciel et la terre semblent se rejoindre en une ligne imaginaire, la ligne d’horizon.

Ainsi, tu as réussi à créer un paysage personnel imaginaire grâce à la technique du collage!


Alors, peux-tu me dire :


Maintenant que tu as lu, observé, appris et exploré, est-ce que tu as changé d’idée ou peux-tu compléter ta réflexion de tantôt?

  • Qu’est-ce qu’un terrain vague?

  • Quels sont les indices nous permettant de connaître l’histoire du lieu?

  • Que peut-on faire sur un terrain vague?

  • Selon vous, est-ce que les limites de ce terrain sont physiques (c’est-à-dire qu’on peut les voir à l’œil nu) ou imaginaires?

As-tu remarqué que ce que tu définis comme un terrain à vague est relatif à tes yeux? Cet endroit est-il réellement le même aux yeux d’une fourmi par exemple? Un terrain peut te sembler anodin, mais aux yeux d’êtres vivants plus petits, il se transforme rapidement en un vaste monde. Peu importe notre taille, ce terrain à l’apparence vide est rempli de possibilités créatives. À toi de jouer pour les réaliser. Pour ma part, mon terrain vague à moi appelle les rêves! Regarde-le bien :


Cette activité a été préparée par Noémie Lafleur, animatrice au Musée d’art de Joliette et relue par Ariane Cardinal, conservatrice à l'éducation du Musée d'art de Joliette.


LIRE TOUS LES ARTICLES SPÉCIAL FAMILLE.

POUR PARTICIPER À MUSÉE EN QUARANTAINE

Vous avez jusqu’à 31 janvier à midi pour nous envoyer vos créations artistiques inspirées du thème terrain vague.

Cliquez ici pour savoir comment participer